Le Cirque Tokpa à la Bluezone de Zongo

<< Retour

Le Cirque Tokpa organise ses séances de répétition à la Bluezone de Zongo.

cirque 665
Initié depuis sept ans par l’association Vakpo, le Cirque Tokpa est un projet qui vise à donner des cours de cirque et à scolariser des jeunes en situation difficile du marché Dantokpa, afin d’améliorer leurs conditions de vie et les réinsérer socialement. Ces jeunes sont quotidiennement confrontés à la violence, au vol et vivent en marge de la société. Ils sont privés d’accès aux loisirs contrairement à la Convention Internationale relative aux droits de l’enfant.

L’initiative a donc pour but de sortir ces adolescents qui travaillent dans les marchés et ghettos de Cotonou de l’exclusion sociale dans laquelle ils vivent. Elle aspire également à leur donner un espace de détente et de loisirs à travers des activités artistiques et culturelles.

Deux fois par semaine, l’espace de la Bluezone sert de cadre pour abriter les répétitions du cirque. Les jeunes s’adonnent à des séances de jonglage, d’acrobatie, et de clownerie.

Le jonglage, est un exercice d’adresse qui consiste à lancer, rattraper et relancer de manière continue des objets en l’air tels que des balles ou des massues. Quant à la technique acrobatique, c’est un enchaînement de figures spectaculaires nécessitant de l’agilité. La clownerie, beaucoup moins connue du public béninois, est un jeu d’improvisation destiné à faire rire à travers des mimiques et des farces.

Toutes ces activités favorisent la confiance et l’estime de soi, l’acquisition de capacités psychomotrices et de la souplesse. Les modules de formation proposés par le Cirque Tokpa, amènent les apprenants à adopter des comportements responsables et leur offrent des possibilités d’auto-emploi.

Les Blueliners ont également la possibilité de se faire initier et de participer gratuitement aux sessions d’apprentissage. Cette nouvelle activité draine beaucoup de curieux.

« J’avoue qu’il n’est pas courant de voir des personnes s’exercer aux métiers du cirque à Cotonou, c’est d’ailleurs la première fois que je vois des béninois le faire » nous a confié Roland un fidèle Blueliner.

PARTAGER