Une «Saint Valentin» sous le signe de la prévention

<< Retour

La salle polyvalente a abritée le samedi 13 février, une séance de sensibilisation sur les risques liés à une sexualité non protégée.

ABMS 665
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chaque année, l’on dénombre des millions de grossesses non désirées. Cette situation est considérée comme un grave problème de santé publique surtout dans les pays en voie de développement.
Au Bénin, la situation des adolescents se caractérise entre autres par une sexualité précoce, qui implique souvent des grossesses non désirées, des avortements clandestins dangereux et des rapports sexuels non protégés conduisant à une prévalence élevée au VIH/SIDA, etc. Un Blueliner en partenariat avec l’Association Béninoise pour le Marketing Social (ABMS /PSI) a profité de la Saint Valentin pour initier une séance d’échanges sur ces thèmes à l’attention des jeunes adolescents. Il était notamment question des conséquences à une sexualité non protégée.
«Tous ceux qui se livrent à une sexualité non protégée, courent le risque d’attraper des maladies sexuellement transmissibles à l’instar du VIH/SIDA. Notre idée est de faire changer les mentalités. Cela veut dire susciter le débat pour que les gens puissent adopter un comportement sain et responsable » ont-ils fait savoir.
Pour enrichir les débats, le Dr Didito QUENUM, médecin-sexologue et thérapeute de couples, a fait un long développement sur les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et a dispensé des conseils importants pour les éviter.
Pour lier les paroles aux actes, des préservatifs ont été distribués à l’assistance. Cette communication initiée à la Bluezone sera aussi donnée dans plusieurs villes du Bénin afin de toucher un maximum de personnes.

PARTAGER