Lancement du livre «Le temple de la nuit profané»

<< Retour

Le recueil de nouvelles intitulé « Le temple de la nuit profané » a été officiellement rendu publique le jeudi 26 janvier, dans la salle polyvalente de la Bluezone.

livres 665

À travers leurs plumes, six écrivains lèvent le bouclier contre les violences faites aux femmes. Elles se sont positionnées pour décrier ouvertement les violations des droits de la femme. Adélaïde Fassinou Alagbada, Barbara Akplogan, Lhys Dègla, Bernadette Gayon, Anna Koty, et Carmen Toudonou, sont déterminées à faire de leur mieux pour freiner l’ampleur des dégâts que cause le phénomène.
Et pour réussir cette noble mission, ces femmes battantes ont choisi la voix du livre. Dans un livre de poche publié aux ‘’Star Editions’’, chacune s’est investie à raconter une histoire poignante qui met en relief des cas d’abus inhumains de certains hommes vis-à-vis de leur femme. Il s’agit d’histoires réelles et vraies, drapées de fiction dans un style pétillant et dramatique.

Cet ouvrage est le premier chef-d’œuvre de l’association d’écrivains « Plumes amazones du Bénin ».
À travers ce recueil d’une vingtaine de textes, ces femmes comptent se lancer dans la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes en Afrique et en particulier au Bénin. Pour Adélaïde Fassinou Allagbada , présidente de cette association, ces histoires, visent à dire aux lecteurs « Cessez de martyriser les femmes ». L’idée est de continuer à sensibiliser les hommes pour un changement de comportement car « le bien-être de l’humanité dépend de la femme » a fait remarquer de son côté Memouna Baboni Sinimbou, la Directrice Générale des affaires sociales au cours de la cérémonie de présentation de l’œuvre. Elle a rappelé l’effort des gouvernements successifs à lutter contre les pratiques qui portent atteinte à la dignité féminine. Elle a également notifié que le Bénin s’est doté d’instruments juridiques de répression dont des lois de protection contre les violences faites aux femmes et contre le harcèlement sexuel. Pour finir elle a sollicité l’engagement de tous afin que les femmes soient mieux traitées dans la société.

PARTAGER