Les travaux, en prélude au renouvellement des rails, ont commencé

<< Retour

Coups de pioche dans le ballast, tirefonneuse à l’œuvre pour arracher les boulons fixant les rails et les traverses, retrait des vieilles traverses… En ordre de bataille et en discipline, les ouvriers s’activent sur la ligne ferroviaire en prélude à la pose de nouvelles voies.

Capture 665

Vêtus d’un gilet fluorescent, chaussés d’une paire de chaussures de sécurité et coiffés d’un casque de sécurité, les ouvriers avancent assidument. «Les travaux ont démarré depuis quelques jours et évoluent très bien. Les équipes sont motivées et à l’œuvre. Nous attendons aussi du matériel » nous a confié un chef d’équipe.

A proximité de l’aire de travail, nous avons découvert un stock de traverses soigneusement disposées. Elles sont constituées d’un bloc de béton armé à chaque extrémité, relié chacun par une cornière métallique.

« Ce type de traverse, formée de deux blochets reliés par une entretoise métallique, est connu sous le nom de traverse bi-blocs » nous a confié Joseph Aouda, l’un des ingénieurs rails du Groupe Bolloré. La substitution des traverses métalliques par les bi-blocs apporte un souffle de modernité au réseau ferroviaire béninois.

Coups de pioche dans le ballast, tirefonneuse à l’œuvre pour arracher les boulons fixant les rails et les traverses, retrait des vieilles traverses… En ordre de bataille et en discipline, les ouvriers s’activent sur la ligne ferroviaire en prélude à la pose de nouvelles voies.

Vêtus d’un gilet fluorescent, chaussés d’une paire de chaussures de sécurité et coiffés d’un casque de sécurité, les ouvriers avancent assidument. «Les travaux ont démarré depuis quelques jours et évoluent très bien. Les équipes sont motivées et à l’œuvre. Nous attendons aussi du matériel » nous a confié un chef d’équipe.

A proximité de l’aire de travail, nous avons découvert un stock de traverses soigneusement disposées. Elles sont constituées d’un bloc de béton armé à chaque extrémité, relié chacun par une cornière métallique.

« Ce type de traverse, formée de deux blochets reliés par une entretoise métallique, est connu sous le nom de traverse bi-blocs » nous a confié Joseph Aouda, l’un des ingénieurs rails du Groupe Bolloré. La substitution des traverses métalliques par les bi-blocs apporte un souffle de modernité au réseau ferroviaire béninois.

 

PARTAGER