La presse internationale s’intéresse au chemin de fer béninois

<< Retour

La presse internationale s’intéresse au chemin de fer béninois. Le 14 janvier dernier, le chef de l’Etat du Bénin, Son Excellence Dr Thomas Boni Yayi et Vincent Bolloré, président du Groupe Bolloré ont inauguré la Gare Centrale flambant neuve de Cotonou. S’en est suivi le 19 mars le coup d’envoi des travaux de réhabilitation du chemin de fer reliant Cotonou à Parakou, donné par les Chefs d’Etat du Bénin, du Niger et une délégation du Groupe Bolloré conduite par Michel Roussin. La marche en avant de la renaissance du secteur ferroviaire béninois se poursuit avec l’annonce de la mise en circulation du train passager interurbain entre Cotonou et Pahou dans les prochaines semaines.

Ce dynamisme que connaît le secteur ferroviaire au Bénin fait écho au-delà des frontières nationales, voire au-delà de la sous-région. Un quotidien français de renommée outre atlantique, tirant à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, s’y est intéressé et a dépêché les 5 et 6 mai dernier une équipe à la rencontre des acteurs de ce secteur.

Train 665

Entretien avec le partenaire stratégique du projet ferroviaire béninois (le Groupe Bolloré), visite de la Gare Centrale de Cotonou, trajet en train sur le tronçon interurbain Cotonou-Pahou, interviews, séance photos…ont été au cœur du séjour des reporters.

A l’hospitalité béninoise, rythmée de « bonne arrivée, soyez le bienvenu», les hommes des médias ont pu apprécier la nostalgie que le déclin de l’activité ferroviaire a suscité auprès de la population, habituée à une fréquence hebdomadaire quasiment nulle. Les rares passages du train constituent un événement pour les riverains, s’empressant de regarder ce qui qui jadis a contribué à faire des gares et de leurs environs immédiats des pôles d’échanges commerciaux et de brassage. « Si certaines agglomérations ont pu se développer avec un statut quasiment de ville, c’est grâce aux gares qui ont été implantées pour le passage du train » a confié le Chef de gare de Pahou dans une interview accordée à l’équipe de reporters. « L’activité est toujours présente et l’ex OCBN dispose de ressources humaines expérimentées pour soutenir la relance » a-t-il affirmé.

Avec la signature du mémorandum d’entente par le Bénin et le Niger désignant le Groupe Bolloré comme le partenaire stratégique avec 40 % des parts dans BENIRAIL, l’espoir renaît pour un nouveau départ du train au Bénin.

Le 14 janvier dernier, le chef de l’Etat du Bénin, Son Excellence Dr Thomas Boni Yayi et Vincent Bolloré, président du Groupe Bolloré ont inauguré la Gare Centrale flambant neuve de Cotonou. S’en est suivi le 19 mars le coup d’envoi des travaux de réhabilitation du chemin de fer reliant Cotonou à Parakou, donné par les Chefs d’Etat du Bénin, du Niger et une délégation du Groupe Bolloré conduite par Michel Roussin. La marche en avant de la renaissance du secteur ferroviaire béninois se poursuit avec l’annonce de la mise en circulation du train passager interurbain entre Cotonou et Pahou dans les prochaines semaines.

Ce dynamisme que connaît le secteur ferroviaire au Bénin fait écho au-delà des frontières nationales, voire au-delà de la sous-région. Un quotidien français de renommée outre atlantique, tirant à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, s’y est intéressé et a dépêché les 5 et 6 mai dernier une équipe à la rencontre des acteurs de ce secteur.

Entretien avec le partenaire stratégique du projet ferroviaire béninois (le Groupe Bolloré), visite de la Gare Centrale de Cotonou, trajet en train sur le tronçon interurbain Cotonou-Pahou, interviews, séance photos…ont été au cœur du séjour des reporters.

A l’hospitalité béninoise, rythmée de « bonne arrivée, soyez le bienvenu», les hommes des médias ont pu apprécier la nostalgie que le déclin de l’activité ferroviaire a suscité auprès de la population, habituée à une fréquence hebdomadaire quasiment nulle. Les rares passages du train constituent un événement pour les riverains, s’empressant de regarder ce qui qui jadis a contribué à faire des gares et de leurs environs immédiats des pôles d’échanges commerciaux et de brassage. « Si certaines agglomérations ont pu se développer avec un statut quasiment de ville, c’est grâce aux gares qui ont été implantées pour le passage du train » a confié le Chef de gare de Pahou dans une interview accordée à l’équipe de reporters. « L’activité est toujours présente et l’ex OCBN dispose de ressources humaines expérimentées pour soutenir la relance » a-t-il affirmé.

Avec la signature du mémorandum d’entente par le Bénin et le Niger désignant le Groupe Bolloré comme le partenaire stratégique avec 40 % des parts dans BENIRAIL, l’espoir renaît pour un nouveau départ du train au Bénin.

PARTAGER