Des travaux sur la voie ferrée de l’axe Cotonou/ Porto-Novo

<< Retour

Autrefois abandonnée et envahie par les mauvaises herbes, la voie ferrée du tronçon Cotonou / Porto-Novo retrouve depuis quelques jours des couleurs. En prélude aux travaux d’envergure qui, à terme, permettront la construction complète du chemin de fer Cotonou – Parakou – Niamey, des opérations de désherbage, de décapage et d’aménagement s’y déroulent.

Annoncés le 2 juin dernier par Vincent Bolloré (« nous avons décidé de commencer dès maintenant les 50 premiers kilomètres. Nous allons faire 30 kilomètres de Cotonou jusqu’à Porto-Novo…»), ces travaux préliminaires témoignent une fois encore de la volonté du Groupe Bolloré de respecter les délais fixés.

Tof Rails NL 21 665px

« Cette opération de désherbage et de décapage est la première phase du processus qui nous permettra aisément de retirer les anciens rails pour les remplacer par d’autres, qui seront posés sur des traverses bi-blocs. Celle-ci apportera ainsi un souffle de modernité au réseau ferroviaire béninois » nous a confié Arthur Fox du Groupe Bolloré.

La construction de la première phase des 50 kilomètres de chemin de fer, reliant la localité de Pahou à Cotonou puis Porto-Novo est une réalité. Ainsi, une ligne de transports passagers Cotonou-Pahou et Cotonou-Porto-Novo sera ouverte d’ici décembre.

Pour le Groupe Bolloré, l’amélioration de la mobilité à Cotonou et sa banlieue s’inscrit dans l’agenda du projet de la Boucle ferroviaire et constituera une réelle avancée pour des milliers de personnes qui sont confrontées chaque jour à l’engorgement du trafic routier pour rejoindre le centre-ville de la capitale économique du Bénin.

Autrefois abandonnée et envahie par les mauvaises herbes, la voie ferrée du tronçon Cotonou / Porto-Novo retrouve depuis quelques jours des couleurs. En prélude aux travaux d’envergure qui, à terme, permettront la construction complète du chemin de fer Cotonou – Parakou – Niamey, des opérations de désherbage, de décapage et d’aménagement s’y déroulent.

Annoncés le 2 juin dernier par Vincent Bolloré (« nous avons décidé de commencer dès maintenant les 50 premiers kilomètres. Nous allons faire 30 kilomètres de Cotonou jusqu’à Porto-Novo…»), ces travaux préliminaires témoignent une fois encore de la volonté du Groupe Bolloré de respecter les délais fixés.

PARTAGER