Boucle ferroviaire : les travaux de l’axe Pahou-Cotonou-Porto-Novo ont démarré

<< Retour

Le 2 juin 2015, son Excellence Dr Thomas BONI YAYI et Vincent BOLLORE ont lancé les travaux de réhabilitation du chemin de fer par la pose des rails sur la liaison Pahou-Cotonou-Porto-Novo. Long de 50 km, ce premier tronçon s’inscrit dans le cadre de la première phase des accords de concession BENIRAIL pour la réhabilitation complète de l’axe Cotonou-Parakou-Niamey.

Rails 665

« Je me félicite des assurances qui ont été données par le Président Bolloré et naturellement tout le management du Groupe […] au nom du peuple béninois, je voudrais saluer ce partenariat stratégique » a souligné dans une interview le Chef de l’Etat, le Dr Thomas Boni Yayi.

Du côté des techniciens des chemins de fer, on s’active déjà. Les premiers rails symbolisant le démarrage effectif de la construction sont visibles. L’intérêt de cette première phase, souligne Vincent Bolloré, c’est d’ouvrir une ligne de transport passagers Cotonou-Pahou et Cotonou-Porto-Novo. L’amélioration de la mobilité à Cotonou et sa banlieue s’inscrit parfaitement dans l’agenda du projet de la Boucle ferroviaire et constituera une réelle avancée pour des milliers de Béninois qui bénéficieront d’un nouveau moyen de transport sûr pour rejoindre le centre de Cotonou.

« Nous avons décidé de commencer dès maintenant les 50 premiers kilomètres. Nous allons faire 30 kilomètres de Cotonou jusqu’à Porto-Novo et une vingtaine de kilomètres pour gagner Pahou », a indiqué Vincent Bolloré, PDG du Groupe.

De plus, le Groupe Bolloré entend accélérer le projet afin que la liaison entre le Bénin et le Niger se fasse dans les meilleurs délais. « Nous avons déjà fait 150 kilomètres entre Niamey et Dosso pour un investissement de 60 milliards de francs CFA. Si ce n’est pas pour rejoindre Cotonou, cela n’a aucun intérêt de faire une voie au milieu du désert », insiste-t-il, rappelant qu’il s’agit d’un projet ambitieux de 2 700 kilomètres, devant traverser cinq pays. « Nous allons commencer les travaux entre Dosso et Parakou pour que les deux équipes se rejoignent » conclut-il.

Pour les 50 kilomètres de rails à poser, le Groupe Bolloré prend le pari de finir d’ici la fin de l’année afin de mettre en service un train interurbain.

PARTAGER