La renaissance d’une gare : Cotonou

<< Retour

Septembre 2014

Débutés le 26 juin 1900 sur l’axe central Cotonou-Parakou, les travaux de construction de la ligne de chemin de fer « Bénin Niger » ont été interrompus à Parakou en raison du conflit lié à la seconde guerre mondiale.

Les Béninois ont gardé le souvenir de ces gares de l’OCBN (Organisation Commune Bénin Niger) implantées tout au long du chemin de fer. Véritables fleurons de l’économie nationale, elles ont ensuite périclitées pour complètement disparaitre au profit de la route…

BL-ART1

Aujourd’hui, c’est donc à une renaissance que nous assistons, celui de l’axe ferroviaire entre le Bénin et le Niger, avec son point de départ pour le Bénin, la gare de Cotonou, capitale économique du pays. Lors de la visite de cet ouvrage, entièrement réhabilité par le groupe Bolloré, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, hôte de son homologue du Bénin, Thomas Boni Yayi ne s’y est pas trompé : « c’est une aventure que nous avons commencé ensemble, ensemble nous reprenons la marche d’un projet que nous avions laissé en 1936 »…

Partenaire stratégique du projet de la Boucle Ferroviaire (axe Cotonou-Dosso-Niamey), le groupe Bolloré a entièrement remis à neuf la gare centrale de l’OCBN, quasiment en ruine. Aujourd’hui, sa façade bleue et blanche en impose par son allure et fait la fierté des Béninois qui vont redécouvrir le plaisir de prendre le train.

La Gare centrale de Cotonou est également devenue un lieu de convivialité, de découverte et d’attraction.

 

En projet dans les prochains mois : un show-room dédié à la présentation des innovations en matière d’énergie du groupe Bolloré, un restaurant, des mini-concerts, des expositions… Pour que le train redevienne une fierté et un lieu de rencontre au Bénin.

PARTAGER